30 mai 2007

zodiac

247posterDe David Fincher

Un serial killer dans les années 60. Des couples qui se font tuer. Des lettres bizarres et codées qui arrivent dans des rédactions. Des journalistes qui s'y collent. Des policiers qui cherchent. Et puis plus rien.

Je repense au livre de Jean-Claude Carrière sur le cinéma. Il raconte comment rien qu'en choisissant des moments, on raconte l'inverse de la vie (bizarrement, ce qui m'a le plus marqué, c'est ce qu'il raconte de l'acte sexuel. Comment on ne peut pas le montrer parce que ce ne serait pas joli de montrer la dame enlever sa culotte). Bref... là, finalement, c'est la même chose. L'idée était de montrer la réalité, une vraie enquête (qui merde) et pas un thriller de scenario. Et évidemment, ça se passe moins bien. Le tueur est insaisissable. Mais c'est la procédure qui le sauve. Pas son géni. Ca dure... longtemps, longtemps, longtemps.

L'argument de Télérama expliquant que c'est formidable, que ce film montre comment le cinéma peut donner du sens, de l'existence à une chose qui a à peine existé... qui n'a pas brillé en tout cas... qui ne s'est pas regardée elle-même... m'a touché. C'est vrai. Je ne me suis peut-être pas ennuyée 2 ou 3 heures pour rien.

Mais je me suis tout de même bien ennuyée pendant 2 ou 3 heures.

Posté par drolesdedadames à 21:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur zodiac

Nouveau commentaire